Sauvée de l'oubli... Une merveilleuse conférence de Nasreddine (Etienne) Dinet intitulée "Rayons de lumière islamique"

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

C'est par un heureux hasard que j'ai retrouvé une conférence de M. Nasreddine Etienne Dinet, l'illustre peintre et penseur français converti à l'islam. La conférence intitulée "Rayons de lumière islamique" a été donnée à la "Fraternité Musulmane de Paris" (la date ne figure pas sur le document en ma possession).

Le document est en quatorze pages (en plus de la page du titre) que je reproduis scannées dans un premier temps.

J'ai ajouté un fichier pdf comportant un article de cheikh Mohamed el Assimi paru dans le Chiheb d'Ibn Badis relatant la cérémonie de conversion d'Etienne Dinet à l'islam.

La conférence d'Etienne Dinet parlait à la fin de Kemal Attaturk. Ahmed Tewfik el Madani avait donné son opinion sur ce point. Cette opinion se trouvait écrite de sa main sur le verso de la dernière page. Je l'ai ajoutée au fichier pdf de la conférence.  

Je commence ici à réécrire le contenu des pages précédentes que je laisse disponibles où cas où un lecteur douterait d'un mot que que j'aurais mal repris.

Rayons de lumière islamique d'Etienne Dinet

Cérémonie de conversion d'Etienne Dinet à l'islam par cheikh el Assimi

 

 

 

RAYONS de LUMIERE ISLAMIQUE

 

 

 

Conférence donnée

à la « Fraternité Musulmane de Paris »

 

 

Mesdames, Messieurs, mes sœurs et mes frères en Islam,

Au nom d'Allah le Clément, le Miséricordieux - Refuge de ceux qui sont dans le besoin.

Assurez la paix sur la terre aux chrétiens "de bonne volonté", c'est-à-dire à ceux qui respectent l'Islam et "ne commettez pas l'injustice d'attaquer les premiers, car Allah n'aime pas les injustes". (El Corane, II, 186). Mais, si les chrétiens de "mauvaise volonté" continuent contre l'Islam, la Croisade de calomnies qu'ils ont entreprise depuis le début du 19e siècle,personne ne pourra vous blâmer de défendre notre religion et de rendre coup pour- coup.

Le recueil de toutes les calomnies émises par leurs Savants, leurs explorateurs, leurs prêtres, leurs hommes d'état, leurs écrivains, leurs journalistes islamophobes, tels que Perron, Palgrave, Gladstone, Margoliouth, l’archevêque de Canterbury, le père Lammens, Louis Bertrand, Servier, etc, etc, etc..., constituerait un des chapitres les plus affligeants de l'histoire du fanatisme et remplirait toute une bibliothèque. Pour leur répondre, il faudrait, à notre tour, leur opposer toute une bibliothèque de réfutations. Nous ne pouvons nous lancer dans une pareille aventure, c'est pourquoi nous avons choisi un sujet limité pour cette conférence, laquelle vous apportera néanmoins, avec l'aide de Dieu, quelques moyens de défense et de riposte et vous indiquera la route à suivre pour répondre à de nouvelles attaques, malheureusement à prévoir.

Dans une brochure intitulée "L'Islam sous le joug", Eugène Jung, ancien Vice Président au Tonkin, excellent catholique, mais encore meilleur français, dénonce courageusement la "nouvelle croisade", hypocritement mais inlassablement poursuivie par le Saint Siège, pour l'anéantissement de l'IsIam: "Nous assistons, en ce moment, dit-il, aux prodromes d'une épouvantable guerre de religion" (p. 53). Et il démontre que les intérêts vitaux de la France sont dans une entente cordiale avec l'Islam. Puisse-t-il être écouté, pour le bonheur de la France et pour celui de l'Islam !

Dans nos discussions avec les Savants Chrétiens, la critique la plus fréquente que nous ayons eue à réfuter, fut celle qui refuse toute originalité à notre religion; nous fumes même surpris en l'entendant de la bouche d'interlocuteurs sympathiques à notre cause, mais insuffisamment renseignés. C'est pour répondre à cette critique, que nous allons étudier quelques-uns des rayons de lumière qui émanent exclusivement de l'Islam.

Répondons tout d'abord à un des arguments favoris des « parti­sans de la Croix", qui utilisent la parole de l’Évangile : Un arbre se reconnaît à ses fruits." pour rabaisser l'Islamisme dont ils méconnaissent les véritables fruits et pour glorifier le Christianisme, dont ils surestiment les fruits plus ou moins authentiques.

Que cet argument est simpliste ! Ne peut-on différer totale­ment d'avis sur l'excellence de ces fruits, et trouver que, non seulement ceux de la civilisation musulmane, mais encore ceux des civilisations Chinoise, Hindoue, Assyrienne, Égyptienne, Grecque, etc..., valent pour le moins ceux de la civilisation chrétienne?

Il serait facile de prouver, en s'appuyant sur des documents historiques, qu'au point de vue de la civilisation, de la magna­nimité envers les ennemis, et même du courage dans les combats, Salah Ed Dine (Saladin), fut un monarque bien supérieur à st. Louis, qui est toujours cité comme exemple de « fruit chrétien » , et qui, lorsqu'un feu grégeois, lancé par les musulmans, arrivait de son côté, se jetait à terre, tendait les mains vers le ciel,et disait en pleurant à grand larmes: Biau Sire Dieu Jésus, gardez moy et tout ma gent! (Mémoires du Sire de Joinville). Qu'eût-il fait, s'il avait été dans une tranchée de Verdun?

Les Arabes Geber et Rhazès , véritables créateurs de la Chimie avec leurs découvertes de la distillation, de l'alcool, de l'acide sulfurique, de l'acide nitrique, de l'eau régale etc... ne sont point inférieurs, comme savants, à Pasteur qui est une des gloires de la Civilisation moderne.

La question du terrain joue aussi un rôle capital: un arbre excellent, planté dans un mauvais terrain, produira des fruits inférieurs a ceux d'un arbre médiocre, planté dans un excellent terrain. Si l'impérialisme chrétien semble dominer le monde, pour le moment, ce n'est aucunement à son dogme qu'il le doit; il bénéficie de la force matérielle créée par les découvertes des savants européens, dont beaucoup sont juifs , libres penseurs ou athées, et envers lesquels il manifeste.. si longtemps une hostilité fanatique: Galilée, Étienne Dolet, etc... en ont été les infor­tunées victimes ! Et 1es nations européennes, chez lesquelles le christianisme s'est implanté, sont obligées de se désolidariser d'avec lui, pour conserver leurs colonies.

Mais revenons à notre sujet: l'islamisme contient évidemment un certain nombre de principes qui existent dans le judaïsme et dans le christianisme; mais il les doit à la source première de ces trois religions, c'est-à-dire à la doctrine d'Abraham, bien plus qu'à celles de Moïse et de Jésus. Cela ressort très nettement de l'étude des nombreux versets consacrés dans le Corane à Abraham, père d'Ismaël, l'ancêtre des Arabes.

Il est vrai que Notre Seigneur Mohamed (Mahomet), sur lui la Bénédiction d'Allah !, n'a jamais eu la prétention de fonder une religion nouvelle; mais il n'admettait pas davantage l'originalité du christianisme et du judaïsme, Il déclarait qu'il n'existait qu'une seule religion, celle d'Adam, Père du genre humain, et que le rôle des Prophètes, tels qu'Abraham, Moïse, Jésus, etc... , et lui-même, se bornait à redresser, sous l'inspiration divine, les erreurs introduites pas les hommes, dans cette religion du Dieu Unique.

Et n'avait-il pas raison, sous cette forme légendaire? Dans la Bible, et dans les Livres Sacrés de l'Orient, Hindous, Assy­riens, Égyptiens, etc... se trouvent déjà exprimés, dans des termes sublimes, tous les préceptes religieux les plus élevés, sans aucune exception. Depuis, les religions n'ont rien apporté de vraiment nouveau; elles ont simplement démarqué ou adapté aux besoins de leur pays et de leur temps, des préceptes remon­tant à la plus haute antiquité, ainsi que le prouve Maëterlinck, dans son livre sur « Le Grand Secret. »

 

<a suivre>

 

You have no rights to post comments